Ecrire pour exister

Ecrire pour exister

L’histoire.
Pour son premier poste en tant que professeur d’anglais, Erin ( Hillary Swank) a choisi un lycée difficile dans lequel se côtoient enfants de bonne famille et jeunes issus des quartiers défavorisés. elle se retrouve ainsi à la tête d’une classe dans laquelle blacks,latinos et asiatiques, non seulement la méprisent , mais aussi se détestent entre eux. Elle essaie donc à la fois de les intéresser à ses cours, tout en essayant de mettre fin à cette guerre des clans qui attise les haines. Pour cela, elle n’hésite pas à dévier du programme officiel, quitte à se heurter à sa direction…

freedom writersMon Avis
Là, vraiment surprise, en voyant la bande annonce on croirait voir un remake de Esprits Rebelles avec Michelle Pfeiffer, mais je trouve qu’ils sont différents.
Certes le principe est le même, et des scènes se ressemblent (comme les sorties), mais je trouve que ce film nous montre vraiment la violence en dehors des cours (avec leurs différents gangs et leurs esprits de pensé). 
ça joue beaucoup sur les bons sentiments, le sourire dentifrice à l’americaine mais on est forcé de constater que ça marche.
une prof débutante dans un quartier chaud réussit à mettre ses élèves dans sa poche et à leur faire aimer l’école

Idéaliste ?
Peut être mais pourtant vrai!
ce film est inspiré de  » The Freedom Writers Diary« , une série de textes écrits par une classe dite difficile pire que nos ZEP
les élèves racontent leur quotidien: pères et frères derrière les barreaux, guerres des gangs et trafics de drogue, amis proches tués d’une balle perdue…
l’enseignante fait le parallèle entre leurs souffrances et celles des juifs persécutés pendant le régime nazi, leur faisant lire « Le Journal d’Anne Frank » et rencontrer des rescapés de l’Holocauste.

Certes , c’est du cinema tire-larmes, sans surprises, mais ça reste efficace.
Et surtout je kiffe la bande son. J’étais ravie de réentendre des morceaux de l’époque.
Un bon film quand même

Publicités