Bienvenue chez les Ch’tis

Bienvenue chez les Ch'tisL’histoire

Philippe Abrams est directeur de la poste de Salon-de-Provence. Il est marié à Julie, dont le caractère dépressif lui rend la vie impossible. Pour lui faire plaisir, Philippe fraude afin d’obtenir une mutation sur la Côte d’Azur. Mais il est démasqué : il sera muté à Bergues, petite ville du Nord.

Pour les Abrams, sudistes pleins de préjugés, le Nord c’est l’horreur, une région glacée, peuplée d’êtres rustres, éructant un langage incompréhensible, le « cheutimi ». Philippe ira seul. A sa grande surprise, il découvre un endroit charmant, une équipe chaleureuse, des gens accueillants, et se fait un ami : Antoine, le facteur et le carillonneur du village, à la mère possessive et aux amours contrariées. Quand Philippe revient à Salon, Julie refuse de croire qu’il se plait dans le Nord. Elle pense même qu’il lui ment pour la ménager. Pour la satisfaire et se simplifier la vie, Philippe lui fait croire qu’en effet, il vit un enfer à Bergues.

Dès lors, sa vie s’enfonce dans un mensonge confortable : quinze jours durant, il s’éclate dans le Nord en
compagnie d’Antoine, et un week-end sur deux, il se fait choyer par sa femme qui surmonte peu à peu sa dépression. Tout va bien, jusqu’au jour où Julie décide de rejoindre Philippe à Bergues pour mieux l’aider à traverser ce qu’elle croit être une épreuve.
Philippe est obligé d’avouer à Antoine et son équipe qu’il les a décrits comme des barbares à son épouse. Il les supplie de se comporter comme tels pour couvrir son mensonge et effrayer Julie afin qu’elle reparte très vite. De mauvaise grâce, les employés de Philippe se prêtent à la mascarade et font passer à Julie le pire séjour de sa vie.

Mais Julie découvre la supercherie…

Mon Avis

Bon comment dire…
J’ai voulu voir ce fameux film que tous les français avait vu et tant aimé…
Donc j’y suis allée avec réserve car c’est vraiment pas mon type de films.
J’étais dans une salle parisienne et les gens étaient tous un peu dans le même état d ‘esprit que moi, ce qui fait qu’il n y avait pas beaucoup de réactions positives ou d’éclats de rires. On était tous là pour juger le film comme de vrais parisiens qui regardent un documentaire sur un peuple aborigène, si j’ose dire.
Il y avait juste un gars qui était mort de rire mais un de ces rires !!!
Je ne sais même pas comment vous le décrire, à croire qu’on l’avait payé pour animer la salle car du coup tous les regards étaient tournés vers lui.
C’est le seul qui s’est bien amusé d’ailleurs.

Bref bah … j’ai été déçue, j’ai pas trouvé ça si marrant que ça
C’était trop stéréotypé pour moi ce qui fait que j’étais pas du tout dans l’ambiance.
Mais bon j’ai participé malgré moi au record d’entrées pour un film français, c’est ça?

Publicités