« Alphonse » d’ Akli Tadjer

100-0229L’histoire
En cet été 1964, Mohammed, 12 ans à peine, est envoyé pour une dizaine de jours chez des cousins qu’il ne connaît pas. Dès son arrivée, sa tante décide de le rebaptiser Alphonse.
Mais comment ce simple changement de prénom pourrait-il suffire à effacer les différences trop criantes entre lui, le petit Arabe de Paris, et cette modeste famille ouvrière du Nord ?
Pris entre les deux soupirants de sa cousine, Edouard, le blouson noir et Théo, le juif Polonais et amoureux d’Annabelle, la soeur d’Edouard, Mohammed va boulverser l’existance tranquille du petit village en devenant le catalyseur des querelles adolescentes.
Quarante ans plus tard, le moment est peut etre venu de solder enfin le passé…

Mon Avis
J’ai été très agréablement surprise. Ce livre se lit très agréablement et facilement.
J’ai d’ailleurs beaucoup aimé ce roman qui nous parle d’une autre époque, pourtant très proche. D’un autre temps. Le choix de décrire ces 11 jours à travers la voix d’un garçon de 11 ans donne un ton enfantin, mais en même temps, cet enfant n’est pas dupe. Et tout le long du roman, il y a cette question qu’il se pose une fois adulte : comment se comporter lorsqu’on revoit ces gens qui nous ont fait souffrir il y a tant d’années ?

L’auteur d’ « Alphonse », Akli Tadjer, n’est sûrement pas loin de l’enfant dont il raconte l’histoire. Comme lui, il a connu le racisme ordinaire, fréquenté une humanité qui n’en a plus que le nom. Ce court roman, émouvant, tendre et souvent amusant, touche à l’universalité car chacun de nous, blanc, beur, jaune, noir… peut se reconnaître dans les émois de ce jeune garçon : le premier amour, l’amitié, les souvenirs qui vous étreignent le cœur une fois devenu adulte.
Un beau livre, vraiment.

Publicités